Monsieur Blanquer, vous êtes la « matrice » … nous sommes les mains bienveillantes !

SUD éducation 13 écrit au ministère.
lundi 30 mars 2020
par  GUERDA
popularité : 4%

Dans un message vidéo envoyé à l’ensemble des personnels de l’Education Nationale, le ministre Jean-Michel Blanquer multiplie les contre-vérités et instrumentalise les personnels comme il le fait dans ses multiples interventions médiatiques. SUD éducation 13 lui répond dans une lettre ouverte.

Monsieur le ministÈRE,

Nous venons de prendre connaissance de votre message vidéo adressé à tous les enseignants et enseignantes de France.

Nous en accusons bonne réception, notant vos remerciements, et la reconnaissance des « faiblesses » actuelles dans la mise en place de la « continuité pédagogique » ainsi que vous l’appelez.

Pour autant, nous sommes, une fois de plus, indignéESS de certains de vos propos, qui s’accumulent à toutes les « erreurs », voire les « bavures », auxquelles ce gouvernement nous a malheureusement habitué en terme de communication officielle.
Lorsque vous annoncez « Tous les élèves peuvent continuer à travailler, à consolider leur acquis », nous sommes indigné-es.

L’impréparation de cette crise dans son ensemble, particulièrement dans l’Education Nationale, est un formidable révélateur des inégalités territoriales, scolaires, sociales que nous n’avons de cesse de dénoncer. Encore une fois, notre système scolaire, abîmé depuis des années par des politiques d’austérité conduisant à des réductions d’effectifs comme de moyens, va laisser de côté une partie des élèves : les plus fragiles !
Puis vous affirmez « L’éducation Nationale peut être une matrice de bienveillance pour notre société », nous sommes indignéES.

Voilà la « matrice » dont vous parlez, et elle n’est pas bienveillante :

  • Parcoursup’,instrument de tri social qui conditionne aujourd’hui l’accès aux études supérieures fonctionne, malgré la crise !
  • Les suppressions d’heures dans nos collèges REP+ des Bouches du Rhône sont en train d’être entérinées, malgré la crise !
  • Les opérations de carte scolaires (fermetures de classes) sont en train d’être effectuées malgré la crise !

De même, nous n’oublions pas :

  • L’abandon de la « matrice bienveillante » quand des centaines de jeunes mineurES isoléES dans notre département sont sans solution de scolarisation !
  • L’abandon de la « matrice bienveillante » quand des dizaines d’enfants en situation de handicap dans notre département sont sans solution de scolarisation !
  • L’abandon de la « matrice bienveillante » face à l’état insalubre de nombreuses écoles de Marseille !
  • L’abandon de la « matrice bienveillante » face à l’exposition des personnels et des élèves à l’amiante dans certains de nos établissements scolaires !
  • L’abandon de la « matrice bienveillante » lorsqu’il s’agit d’attendre des tentatives de suicides de collègues pour que le harcèlement hiérarchique s’arrête !
  • L’abandon de la « matrice bienveillante » lorsqu’il s’agit de donner toujours plus aux établissements privés !
  • L’abandon de la « matrice bienveillante » lorsqu’il s’agit de laisser nos élèves sans médecine scolaire, nos collègues sans médecine du travail !
  • L’abandon de la « matrice bienveillante » lorsqu’il s’agit d’assumer une réforme des retraites qui appauvrira tous-tes les enseignantES !
  • L’abandon de la « matrice bienveillante » lorsqu’il s’agit de bafouer les droits syndicaux des collègues !
  • L’abandon de la « matrice bienveillante » lorsqu’il s’agit de condamner des collègues qui ont osé prendre la parole contre une de vos réformes !
  • L’abandon de la « matrice bienveillante » lorsqu’il s’agit d’assumer la violence des forces de l’ordre à l’égard de nos élèves lycéennES qui exercent leurs libertés d’expression et d’opinion dans la rue !

La liste est longue, Monsieur le ministÈRE, de tout ce qui contredit l’état d’esprit que vous évoquez dans votre discours. Si vous considérez que notre institution est une matrice, nous vous opposons que nous sommes nous, enseignant et enseignantes, les mains bienveillantes de l’Education Nationale. Nous n’avons plus besoin de vos discours, de vos postures, de vos injonctions contradictoires. Nous sommes au travail ! Nous n’avons pas besoin que vous soyez le porte-parole des familles qui nous remercient. Nous sommes avec les familles !

Soyez assuré, Monsieur le ministÈRE, de notre attachement au service public d’éducation, de notre implication totale dans l’accompagnement de nos élèves et de leurs familles en cette période de crise.

Et soyez assuré, Monsieur le ministÈRE, que nous ne nous considérons pas en « guerre », comme l’affirme votre gouvernement, mais nous restons et resterons en lutte pour défendre une école égalitaire, publique, laïque et émancipatrice, de la maternelle à l’université !

Marseille, le 27 mars 2020,

SUD éducation – Bouches du Rhône


Documents joints

PDF - 98.6 ko
PDF - 98.6 ko