AESH / Les 700 avenants aux contrats d’AESH restants dans les Bouches-du-Rhône seront envoyés en janvier 2021

Communiqué de SUD éducation 13
jeudi 17 décembre 2020
par  GUERDA
popularité : 16%

SUD éducation 13 est régulièrement contacté par des collègues AESH au sujet de l’absence d’avenant à leur contrat pour le passage aux 41 semaines. En effet, la mise en conformité des contrats en lien avec la circulaire ministérielle du 5 juin 2019 permettait l’attribution d’une légère augmentation de salaire.

Or cela faisait plus d’un an et trois mois qu’il y avait inégalité de traitement entre les personnels AESH puisqu’il restait au 18 septembre 2020 700 contrats sur 5000 qui n’avait pas été corrigés. A la stupéfaction de notre fédération, notre département est a priori le seul, sinon un des rares départements, à ne pas avoir totalement effectué ce basculement.

Nous sommes donc une nouvelle fois intervenus auprès de la DSDEN pour demander l’application du droit en préalable d’un recours contentieux au tribunal administratif. La DSDEN nous a alors confirmé que l’édition et l’envoi des avenants étaient en cours et s’est engagée à ce qu’ils soient effectivement signés dans le courant du mois de janvier 2021.

Ces avenants seront établis à compter du 1er septembre 2019 et un rattrapage financier sera effectué sur le bulletin de salaire de février ou au plus tard sur celui de mars, une fois les avenants originaux signés et reçus par la DSDEN 13.

SUD éducation 13 restera vigilant dans le suivi de ce processus et sur le respect des engagements pris.

Cependant, cela est loin de régler tous les problèmes. La Fédération SUD éducation vient tout juste d’écrire au ministère de l’Education nationale pour signaler les nombreuses inégalités de traitements constatées au sujet de l’application de cette même circulaire du 5 juin 2019.

D’un département à l’autre, une même quotité ne correspond pas à un même temps d’accompagnement, ce qui induit des différences de salaire pour un même temps de travail. La mise en place de la grille de revalorisation indiciaire laissée au libre arbitre des comités techniques académiques vient renforcer ces inégalités salariales.

L’organisation de formations à destination des AESH est elle aussi laissée à la libre interprétation des académies. Nulle part la formation initiale n’est organisée en amont de la prise de poste alors que cela est recommandé par la circulaire. Les actions de formation continue sont quasiment inexistantes.

SUD éducation 13 avec sa Fédération demande à ce qu’un cadrage clair soit établi au niveau national concernant le calcul de la quotité de travail, les salaires, la mise en place de la grille indiciaire et des actions de formation.

SUD éducation 13 rappelle que les nombreuses injustices dont sont les AESH sont quotidiennement les victimes sont le fruit de la précarité du statut qui est le la leur (contrats imposant un temps partiel forcé, bas salaire...). C’est la raison pour laquelle SUD éducation 13 poursuit son combat pour l’amélioration des conditions de travail, pour la titularisation par la création d’un statut de fonctionnaire, pour la reconnaissance et le respect des personnels AESH et de leurs droits.