Remise en cause de nos droits syndicaux, le Virus a bon dos !

Communiqué de SUD éducation 13
lundi 25 janvier 2021
par  GUERDA
popularité : 3%

Aujourd’hui de nombreux-ses camarades, militant-e-s, collègues nous font remonter le fait que les Heures d’Informations Syndicale (HIS) en présence ne seraient plus acceptées au motif qu’elles sont faites à plus de six personnes.

D’ailleurs, toutes les réunions de plus de six personnes seront en distanciel (sauf les instances disciplinaires, comme quoi on peut aménager pour certains cas qui arrangent l’institution). Cet ordre ubuesque viendrait directement du rectorat à destination des chef-fe-s d’établissements.

Si cela est avéré, cette mesure sous couvert de protection sanitaire est complètement ridicule. Rappelons qu’une HIS n’est pas une heure supplémentaire mais une heure prise sur le service des personnels de l’éducation nationale sur site, le risque n’est donc pas accru, cela n’a pas de sens de la faire en audio ou télé conférence. De plus il est beaucoup plus périlleux et risqué actuellement de faire cours dans des locaux exigus, avec des effectifs surchargés et des élèves dont le respect du protocole est fluctuant.

Les RIS dans le premier degré seraient elles aussi d’après le courrier du rectorat remise en causes … Pourtant dans la réalité les enseignant-e-s dans des locaux vétustes et inadaptés se réunissent eux-elles aussi à plus de six dans les salles de maître-esse-s parce qu’ils-elles n’ont pas le choix pour mener à bien leurs projets, travaux, et décompresser. Là encore la mesure du distanciel remet en cause la bonne tenue des droits syndicaux et n’est pas en prise avec la réalité du terrain.

SUD éducation depuis la crise sanitaire a le souci d’organiser ces heures, nos réunions, dans le respect des gestes barrières.

Au lien d’entraver leurs droits, les enseignant-e-s attendent des mesures fortes pour les protéger et éviter la propagation du virus :

  • classes en demi groupes au collège
  • recrutement massif d’AED dans les vies scolaires de façon pérenne et en liens avec les professeur-e-s effectuant des cours en distanciel
  • des masques FFP2 et non pas de type 2 pour les personnels fragiles
  • une médecine de santé et de prévention au travail
  • un réel suivi transparent des cas "covid" dans les établissements par cette santé au travail
  • une rénovation des locaux dans le premier degré pour les rendre salubres et compatibles avec certaines mesures sanitaires nécessaires

Au lieu de cela le rectorat brime le droit syndical. Les mesures sanitaires seraient-elles un prétexte à museler la contestation face à un ministère dépassé qui méprise ses personnels ? Est-ce une volonté de casser les prochaines mobilisations, le 19 janvier pour les AED, le 26 Janvier pour l’éducation en général ?

Nous contactons le rectorat et nous vous tiendrons informé-es des prochaines suites et mobilisations concernant ces attaques.

MISE A JOUR DU 23 JANVIER :

SUD éducation 13 rappelle que les réunions syndicales sont un droit. Le courriel du rectorat d’Aix-Marseille relève d’une préconisation et non d’une obligation. A notre connaissance, à ce jour, nous sommes la seule académie à subir ces dispositions interprétées par le recteur des textes ministériels.

Nous exigeons que les RIS et HIS soient maintenues dans les établissements scolaires selon les modalités qui conviennent le mieux aux collègues, c’est à dire, y compris en présentiel.

Une intersyndicale large s’est adressée dès le 15 janvier au recteur pour exiger le retrait de cette "mesure".
Voir le courrier ci-après :

PDF - 26 ko
Courrier intersyndical HIS