Déclaration liminaire SUD EDUCATION 04,05,84,12 du 18 janvier 2022 CAP certifiéES

Revendiquons de la dignité !
mardi 18 janvier 2022
par  SN
popularité : 3%

CAP : Examen des contestation de l’appréciation finale recteur des rendez-vous de carrière 2020-2021

Déclaration liminaire SUD EDUCATION 04,05,84,12 du 18 janvier 2022 CAP certifiéES

A nom de SUD éducation et de l’Union syndicale Solidaires, je vous souhaite une Bonne année à toustEs. En tant que syndicalistes, nous vous souhaitons à toustEs de la santé pour mener une année d’amour et de révolution pour paraphraser Yanis Youlountas. Révolution qui nous permettra de construire une véritable école gratuite, égalitaire laïque et émancipatrice .

Sur l’actualité

la journée du 13 janvier a permis à de nombreux personnels de l’Education Nationale de renouer avec la grève et de retrouver la rue et ce avec des corps professionnels très variés et une large intersyndicale. Un succès pour ce ministre : l’animosité qu’il suscite.

Les avancées obtenues suite à cette journée de grève sont réelles, mais encore trop insuffisantes au regard de l’enjeu : on ne veut pas d’heures supplémentaires, de retraitéES des personnels précaires ! Des AED et AESH oui, mais pas des contractuellES, de vrais titulaires avec un vrai statut et un vrai salaire et une vraie reconnaissance.
Au niveau local, la DSDEN annonce avoir commandé 360 capteurs CO2 (en plus des 350 déjà installés) pour équiper l’ensemble des salles des 444 écoles marseillaises, ainsi que des masques chirurgicaux. Une quinzaine de retraitEs sont prêtEs à faire des remplacements. Le rectorat annonce lui le recrutement de 30 postes AED et d’enseignantEs en liste complémentaire ….
Un peu de dignité ! Le ministère répond aux personnels par des pansements sur une grande malade l’éducation nationale. La crise sanitaire n’a fait que révéler au grand jour une situation ancienne et l’a encore aggravé : manques de locaux, manque de personnels classes surchargées.
Comme ce n’est pas avec une journée de mobilisation, que la dignité pour les élèves et les personnels sera obtenue, SUD éducation appelle à participer aux mobilisations locales et nationales les 18 janvier à Istres, le jeudi 20 janvier , lundi 24 janvier à Martigues et 27 janvier.
Amplifions le rapport de force pour des conditions d’accueil dignes des élèves et des conditions de travail dignes pour tous les personnels.

La fébrilité du ministère est manifeste, il faut battre le fer tant qu’il est chaud et exiger un plan d’urgence pour l’éducation :

  • - Un recrutement immédiat et massif de personnelEs titulaires : enseignantES, AED, AESH, médicaux-sociaux …
  • un plan de rénovation du bâti scolaire et de construction de nouveaux établissements scolaires
  • un abaissement des jauges élèves par classe
  •  et en attendant de vraies solutions un équipement sanitaire à la hauteur de la situation : Masque chirurgicaux, FFP2, autotests, capteurs de CO2 et purificateurs d’airs.
  •  Un report des épreuves de spécialités de bac en juin.
  •  Des augmentations de salaire pour toustES les personnelEs.
  •  Et au delà de ces revendications, Sud Education réclame la démission de Blanquer. Son inconséquence, son autoritarisme et son mépris ont achevé de le discréditer aux yeux des personnels d’éducation.


Concernant l’ordre du jour

Depuis 2018, et les dernières élections professionnelles Je rappellerai les mêmes orientations de SUD éducation. Elles n’ont pas changé sur ce point.
PPCR : nous avons voté contre le PPCR, nous étions contre, et nous dénonçons toujours le caractère infantilisant de ces entretiens.
Concernant l’évolution de carrière, SUD éducation revendique l’abrogation du PPCR, l’abandon des inspections, l’avancement pour toutes et tous au rythme le plus rapide et une évaluation pédagogique entre pairs.
SUD éducation est opposé à l’évaluation par compétence. Nous dénonçons le principe des quota. Dans le contexte actuel de nombreux collègues ressentent le manque de considération et de mépris. L’évaluation vient encore renforcer ce sentiment vécu subi ressenti et réel.
De nombreux collègues sont démotivés « que l’on fasse des projets ou non qu’on prenne des initiatives ou non cela ne servira en rien la carrière », « de toute façon à quoi bon ? j’avancerai à l’ancienneté et pour ce que je vais gagner de plus ». Voici les phrases qui reviennent en salle des prof. Le ministère aura réussi à dégoûter la grande majorité des collègues. Les salles des prof sont devenus des territoires de personnes blasées, résignées écoeurées. Les collèges travailleraient pour l’honneur ? pour les élèves ? Oui en effet, par conscience professionnelle.
Enfin, les collègues des différents syndicats ont déjà bien explicité la difficulté de la procédure du recours (deux étapes, lettres délais etc) je ne reviendrais pas dessus. les 2 étapes démobilisent les collèges d’entreprendre la démarche. Nous réitérons notre demande de facilitation.
L’avancement au mérite tant vanté par les différents quinquenat et certains syndicats est un raté complet car le ministère n’a pas mis les moyens suffisants pour permettre aux collègues d’évolution de carrière.

Demande de la part de Sud éducation depuis 4 ans resté sans réponse : par rapport aux refus d’entretien de carrière nous réitérons comme chaque année notre demande : nous demandons un engagement de l’administration pour qu’il n’y ait pas de mesure de rétorsion et de pression .
 
Comme l’année dernière, nous exprimons le souhait de revenir en présentiel pour toutes les CAPA. Et nous nous étonnons qu’à quelques jours d’intervalles, on puisse se réunir en présentiel mercredi 26 janvier en assemblée complète, et pas le mardi 18 janvier de la même année pour une CAP certifiéE ? Une nouvelle illustration des incohérences,…


Documents joints

PDF - 233.5 ko