Des grèves en cascade à Marseille : on enchaîne pour des moyens dans les collèges des Bouches du Rhône !

Contre une DGH peau de chagrin, les bahuts du 13 en grève !
mercredi 16 mars 2022
par  Chacha
popularité : 4%

Plusieurs collèges des Bouches-du-Rhône se mobilisent et organisent, avec réussite, une grève en chaîne depuis le lundi 14 mars ! Une mobilisation inédite et solidaire entre établissements. Face à un bilan catastrophique sur ces 5 dernières années, de plus en plus d’équipes font le choix de se coordonner et d’agir ensemble. Aidons cette mobilisation à grandir et à se développer.

L’idée est simple, depuis le lundi 14 mars, plusieurs équipes de personnels de collège ont décidé de se coordonner pour agir ensemble face à la baisse des moyens dans les établissements du second degré. Chaque jour, un établissement se mobilise en se mettant massivement en grève. Et ça marche ! L’initiative partie de trois collèges REP+, Henri Wallon, Auguste Renoir, Rosa Parks, a fait des émules et bien au delà de l’éducation prioritaire. Ce vendredi, c’était au collège Mallarmé de se joindre au mouvement, bientôt rejoint par les collèges Edgar Quinet, Monticelli et Gaston Defferre pour les journées de lundi et mardi. Une mobilisation partie du terrain qui montre la volonté de résister à la baisse constante des moyens tout en refusant la logique de mise en concurrence des établissements.

Si cette mobilisation part d’établissements qui sont aujourd’hui plutôt impactés par la baisse des DGH, cette dernière porte une revendication bien plus large : celle d’un plan d’urgence pour l’éducation. Depuis 5 ans, aucun établissement n’a été épargné par la baisse du volume horaire, et de nombreux collègues se sont mobilisé-es pour y faire face et le bilan est sans appel. Avec 3000 élèves en plus et 1900 heures en moins depuis 2018, et dans un contexte de crise sanitaire et sociale sans précédent, la logique d’austérité drastique appliquée au second degré par ce ministère va avoir des conséquences graves et profondes sur nos conditions de travail et sur celles d’étude de nos élèves.

Nous devons donc toutes et tous réagir ensemble.

Faisons bloc, rejoignons la chaîne !


Les établissements qui participent à la grève en chaîne se sont dotés d’un communiqué commun qui laisse la place à l’expression des revendications plus particulières et spécifiques à chaque établissement : une façon d’allier la réalité de terrain au contexte global de la politique éducative que nous subissons toutes et tous.

ON ENCHAINE !

Grèves en chaîne pour des moyens dans les collèges des Bouches-du-Rhône et un plan d’urgence pour l’éducation.

En terme de moyens, le bilan des 5 dernières années est catastrophique pour les collèges du département. Nos établissements connaissent en moyenne une augmentation des effectifs de près de 3000 élèves sans que les moyens qui nous soient attribués ne connaissent la moindre hausse. Au contraire, ce sont près de 1900 heures qui ont disparu entre 2018 et 2022, soit 105 postes supprimés, c’est à dire en moyenne 1 poste par collège. Dans les établissements d’éducation prioritaire, la baisse est particulièrement forte sans pour autant que les établissements non classés REP ou REP+ puissent bénéficier d’un apport leur permettant de respirer en terme de taux d’encadrement et de surcharge des classes.

Cette baisse des moyens a en effet des conséquences graves sur le service public d’éducation, sur nos conditions de travail et sur les conditions d’étude de nos élèves.

Le constat est clair, chaque établissement a été, est ou sera encore à l’avenir impacté par cette politique d’austérité et de casse du service public d’éducation.

C’est la raison pour laquelle nous déclarons notre solidarité avec l’ensemble des établissements victimes de ces mesures budgétaires et nous demandons la restauration des moyens que l’administration et le ministère doivent aux enfants de nos établissements, à leurs parents et aux personnels qui y exercent. Dans le contexte de crise sanitaire et sociale inédit qui vient renforcer des inégalités sociales et scolaires dans un système déjà très inégalitaire, de telles mesures nous paraissent incompréhensibles et inacceptables. Parce que la réponse doit être collective, nous pensons qu’il est nécessaire d’agir toutes et tous ensemble pour obtenir un plan d’urgence pour l’éducation dans les Bouches-du-Rhône.

C’est la raison pour laquelle un mouvement inédit de grève en chaîne a commencé dès le lundi 14 mars avec le collège Henri Wallon, suivi le 15 mars par le collège Auguste Renoir, le jeudi 17 par le collège Rosa Parks et enfin le vendredi 18 par Mallarmé ! D’autres se positionnent d’ores et déjà sur la semaine prochaine !


Lundi 14 mars - Collège Henri Wallon - 13014 - Marseille

Taux de grévistes : 85%

Au collège Wallon la baisse des moyens ces 4 dernières années s’est traduite par la suppression effective de postes d’enseignants, par la diminution du nombre d’heures allouées à la lutte contre le décrochage scolaire, par l’abandon de nombreux projets, par la disparition de co-interventions et de demi-groupes plus efficaces d’un point de vue pédagogique et d’autant plus nécessaires dans un établissement REP+.

> Leur communiqué.

Mardi 15 mars - Collège Auguste Renoir - 13013 - Marseille

Taux de grévistes : 70%

Au collège Renoir la baisse des moyens ces 5 dernières années s’est traduite par une baisse de moyen de 35 heures hebdo- madaires, par la suppression effective d’un poste d’enseignante, par la suppression de l’encadrement par des enseignants du Dispositif d’Inclusion Scolaire (DIS) qui perd ainsi son sens pour les élèves inclus-exclus, par l’abandon de nombreux projets, par la disparition de co-interventions et de demi-groupes plus efficaces d’un point de vue pédagogique et d’autant plus nécessaires dans les établissement REP+.

> Leur communiqué.

Jeudi 17 mars - Collège Rosa Parks - 13015 - Marseille

Taux de grévistes : 80%

Au collège Rosa Parks (15°), en 5 ans, c’est l’équivalent de trois postes et demi d’enseignants qui ont été supprimés (une soixantaine d’heures par semaine perdues).

Pour mieux expliquer ce que cela représente pour les élèves de notre collège, il faut comprendre que ces coupes budgétaires provoquent principalement une disparition d’heures en petits groupes. Celles-si sont pourtant essentielles à leurs appren- tissages : meilleure personnalisation de l’accompagnement de chacun, conditions propices au travail de l’oral, remédiations adaptées... Cela réduit aussi les possibilités d’un enseignement enrichi par des projets pédagogiques.

C’est désormais l’équivalent de 3h en effectif réduit par élève qui a disparu en sciences, en mathématiques, en français, en langues... Nous demandons le gel des suppressions de postes et un retour aux moyens alloués à la rentrée 2018.

> Leur communiqué

Vendredi 18 mars - Collège Stéphane Mallarmé - 13013 - Marseille

Taux de grévistes : 75%

Depuis 5 ans le collège Mallarmé a perdu une centaine d’heures d’enseignement. Une baisse de 14% du volume horaire contre une diminution de seulement 5% des effectifs depuis 2017. Cela se traduit par le passage de 40 en- seignants à temps plein en 2017 à 30 pour la rentrée 2022. Les réductions d’heures ont impacté le climat scolaire et sont sources de tensions. En effet le taux d’encadrement H/E (Heures par élève) est passé de 1,67 à 1,47. Pédagogi- quement nous ne pouvons quasiment plus travailler en groupe. Notre collège doit être un temple de l’éducation où les élèves s’émancipent, s’épanouissent et progressent grâce à des moyens à la hauteur des difficultés sociales et scolaires dans notre établissement.

> Leur communiqué

Lundi 21 mars - Collège Edgar Quinet - 13002 - Marseille

Taux de grévistes : 85%

Au collège Quinet (13003), nous avons perdu l’équivalent de 3 postes et demi d’enseignants en 4 ans (60 heures par semaine ont été supprimées) alors que le nombre d’élèves a augmenté ! Les heures de projets qui donnaient une coloration à chaque classe de 6è ont disparu. Ont aussi été supprimés des dédoublements de classes dans plusieurs matières, des heures qui permettaient de lutter contre le décrochage scolaire et celles qui qui permettaient d’assurer une liaison entre les écoles du secteur et le collège. Nos élèves ont beaucoup souffert des effets de la pandémie et des confinements : les difficultés sco- laires et l’absentéisme se sont aggravés. Des moyens supplémentaires devraient être attribués pour que nous puissions aider les élèves. C’est l’inverse que nous subissons !

> Leur communiqué

Mardi 22 mars - Collège Gaston Defferre - 13007 - Marseille

Alors que le projet de déménagement du collège Gaston Defferre dans de nouveaux locaux pouvant accueillir 720 élèves semble se concrétiser après 20 ans de tractations, 2 classes ferment à la rentrée 2022. Deux classes qui ferment, c’est l’augmentation des effectifs en 6e et en 5e ; c’est ignorer la spécificité de l’établissement (13% d’élèves à besoins éducatifs particuliers, pour une moyenne nationale en deçà de 6%) ; c’est la fermeture définitive d’un poste d’histoire-géographie ; ce sont 5 enseignant.e.s obligé.e.s de travailler sur plusieurs établissements ; ce sont des projets pédagogiques, sportifs, culturels et citoyens abandonnés ; c’est un service public d’enseignement au rabais, des conditions de travail inacceptables.

> Leur communiqué

Pour les soutenir : mardi 22 mars à 8h - Rassemblement piquet de grève.

Mardi 22 mars - Collège Monticelli - 13008

Taux de grévistes : Les collègues du collège Monticelli sont massivement en grève reconductible depuis le jeudi 17 mars. Ils-elles s’inscrivent dans la chaîne pour le mardi 22 mars.

Au collège Monticelli, fermeture de deux classes à la rentrée prochaine !
Le collège perd une classe par an depuis trois ans et nous sommes passés de cinq classes par niveau à trois classes de sixième en septembre 2022 !
Six postes sont impactés, les dédoublements en sciences expérimentales, les classes à projets et la classe européenne sont supprimés. C’est la pérennité de l’établissement qui est menacée.

> Leur communiqué

Pour les soutenir : mardi 22 mars à 18h - Rassemblement piquet de grève.


Documents joints

PDF - 61.5 ko
PDF - 63.5 ko
PDF - 64.7 ko
PDF - 63.9 ko
PDF - 62.9 ko
PDF - 63.9 ko
PDF - 61.3 ko
PDF - 57.3 ko
PDF - 64.7 ko
PDF - 62.9 ko