Pour exiger un vrai métier, un vrai salaire, un vrai statut, la mobilisation doit continuer !

Retour sur la grève du 5 avril 2022
mercredi 6 avril 2022
par  EB
popularité : 4%

Aujourd’hui, mardi 5 avril, plusieurs dizaines de collègues AESH, enseignant-es, parents, venu-es des différents départements de l’académie d’Aix-Marseille se sont réuni-es devant le rectorat.
Dans le cadre de cette journée de grève nationale, appelée par SUD éducation, CGT et la FSU, nous avons été reçu-es en délégation par les services académiques pour faire entendre, une nouvelle fois, les revendications de nos collègues parmi les plus précarisé-es de l’Education Nationale.

  • SUD éducation 13 est intervenu pour rappeler les exigences immédiates suivantes :
  • - +400€ pour les plus bas salaires et la reconnaissance d’un temps plein à 24h d’accompagnement pour les AESH
  • - L’attribution de l’indemnité REP/REP+
  • - Un statut de la fonction publique pour les AESH et la création d’un nouveau métier d’éducateur-trice scolaire spécialisé-e
  • - Des moyens pour l’école inclusive, l’abandon des PIAL et de la logique de mutualisation
  • - Des moyens pour une politique de formation initiale et continue ambitieuse
  • - La création de brigades de remplacement

Concernant les revendications salariales, l’administration du rectorat rappelle que le cadrage est national, que rien ne se décide d’un point de vue académique.

Ci-dessous quelques éléments fournis par le rectorat :

o La revalorisation du Smic prévue en mai prochain aura une incidence sur la paie des AESH, la revalorisation s’effectuera avec un décalage à prévoir.
o Pour les AESH à 61%, l’évolution salariale à 62% a été effectuée sur la paie de mars, exceptée dans le Vaucluse pour cause de problème technique (régularisation en avril).
o Un « vadémécum » académique est en cours de rédaction, suite à un travail de plus forte collaboration entre les services de gestion des AESH. Ce vadémécum a pour but d’harmoniser les pratiques et fonctionnements administratifs, gestionnaires, de rappeler le cadre réglementaire qui doit s’appliquer dans tous les établissements scolaires et les services administratifs.
o Remboursement de la hausse de la CSG, la régularisation pour les collègues AESH est toujours en cours dans le 13, elle se fait au cas par cas.
o Jour de fractionnement (voir guide AESH de SUD éducation – page 34) : la réflexion est en cours pour harmoniser les pratiques dans l’académie.
o CDisation des contrats AESH à 3 ans : le rectorat est en attente des consignes du ministère.
o Recrutements des AESH : la « logique de viviers » est à l’œuvre pour « pré-recruter » les collègues AESH dès que les besoins interviennent et sous condition du respect de l’enveloppe budgétaire contrainte du ministère.
o Plan de formation continue réalisée en 2021-2022 par « l’école académique de la formation continue ». 1226 AESH ont bénéficié d’un module de formation. Le plan sera reconduit et étoffé pour la rentrée 2022. Il est accessible dès la 2ème année de contrat.

Analyse de SUD éduc 13 :

Le simulacre de dialogue social que nous vivons à chaque audience depuis plus d’un an dans le cadre des journées de mobilisation des AESH devient insupportable !
-  Nous nous retrouvons à constater tous les dysfonctionnements (dont l’administration en reconnait certains !) liés à la gestion administrative, financière, humaine, des personnels AESH !
-  Nous nous retrouvons à faire état, systématiquement, du manque de moyens que l’Etat refuse de mettre depuis la loi de 2005 sur le handicap pour une école vraiment inclusive !
-  Nous nous retrouvons à dénoncer le mépris d’un employeur, l’Education Nationale, qui continue, depuis plus de 15 ans, à mépriser les accompagnant-es des élèves en situation de handicap, et par conséquent, les élèves concernés ainsi que leurs familles !

Les paroles polies que nous entendons en DSDEN, en préfecture, au rectorat ne suffisent plus !
La reconnaissance professionnelle des personnels AESH est indispensable à la réussite de l’école inclusive que SUD éducation défend sans détour. Mais sans moyens elle n’est qu’un slogan : il faut des postes, de l’argent, de la formation !
Le rapport de force doit s’amplifier pour faire céder le ministère !

AESH = UN VRAI METIER = UN VRAI STATUT = UN VRAI SALAIRE

JPEG - 169.1 ko

PDF - 416.5 ko
Communiqué à télécharger