Communiqué / Mettons KO les E3C !

Communiqué de SUD éducation 13
lundi 3 février 2020
par  GUERDA
popularité : 7%

Aujourd’hui dans notre département débutaient les premières épreuves des E3C dans la plupart des lycées. Ces épreuves issues de la réforme Blanquer sont largement contestées. A l’instar de nombreux établissements, les personnels s’organisent pour l’annulation de ces épreuves qui conduisent à la destruction du cadre national des diplômes et à l’instauration d’un lycée inégalitaire.

Des annulations, des reports, des perturbations… finissons en avec les E3C.

Cette mobilisation a conduit à l’annulation ou au report des épreuves dans plus de 150 établissements à travers tout le pays et on note de nombreux dysfonctionnements dans plus de 300 autres. Dans le département, la mobilisation est largement à la hauteur. Les personnels se mettent en grève, les parents et les élèves organisent des actions de blocages perturbant les épreuves ou conduisant à leur annulation. Aux lycées Fourcade de Gardanne et Simone Veil à Marseille, on note une forte mobilisation des personnels et un début de mobilisation chez les élèves. Au lycée Victor Hugo, les personnels en grève ont vacciné leurs élèves contre les E3C tandis que ces derniers ont refusé collectivement de passer les épreuves une fois rentrés dans l’établissement entrainant leur annulation. Au lycée Artaud dans le 13e comme au lycée Montgrand à Marseille, les épreuves du matin et de l’après-midi ont été annulées suite à la mobilisation des personnels et des parents d’élèves, idem au lycée Lurçat de Martigues où un collectif interprofessionnel est venu soutenir l’action. Au lycée Marie Curie, les personnels grévistes étaient rassemblés devant le lycée et les élèves ont refusé collectivement de composer. Seuls 5 élèves sur 191 ont composé ce matin, cet après-midi, aucun. Pourtant, le rectorat refuse l’annulation ou le report des épreuves et continue à menacer les élèves d’un 0/20 alors même que cette mesure est parfaitement illégale.

Dans ces conditions le ministère doit prendre ses responsabilités et annuler purement et simplement les épreuves E3C. L’obstination du rectorat et du ministre à maintenir ces épreuves largement rejetées entraîne de très nombreuses situations de rupture d’égalité. Cette situation inédite dont on a constaté les prémices lors de la grève des examens de l’été dernier traduit le mépris de l’institution, non seulement pour les personnels et les élèves mais aussi pour ses propres normes. Faire plier les opposant-es à la réforme devient prioritaire sur l’intérêt des élèves et les principes déontologiques les plus rudimentaires.

22… et ce n’est pas fini, ce n’était aujourd’hui que le 1er jour des épreuves

La palme revient certainement au lycée Saint-Exupéry. Grâce à la mobilisation des personnels, le blocage des élèves et malgré la présence policière demandée par la direction de l’établissement, seulement 22 élèves sur 459 du lycée Saint-Exupéry ont composé ce matin pour l’essentiel des élèves internes arrivés dimanche soir au lycée).

Partout des pressions ont été exercées sur les personnels, des élèves et leurs parents, pourtant les menaces de 00 / 20, d’interventions policières, de sanctions disciplinaires ne semblent pas entamer leur détermination.

On s’étonne encore du jusqu’au boutisme de certaines personnels de direction qui par zèle ont recours à tous les moyens pour faire passer coûte que coûte ces épreuves même si cela n’a plus aucun sens. Ridicule.

Il faut continuer ! On va gagner !

Notre académie est l’une des dernières à faire passer ces épreuves, les personnels des lycées doivent poursuivre l’action jusqu’à l’annulation totale de ces épreuves. Ils doivent recevoir le soutien par la grève des collègues du premier degré et des collèges car leur combat revêt à la fois une dimension emblématique et stratégique. Emblématiques car elle cristallise les combats menés par les personnels de l’éducation contre l’ensemble des réformes Blanquer qui instituent un système scolaire inégalitaire de la maternelle à l’université. Stratégique, car elle représente un moyen concret blocage de l’institution notamment dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites qui est si forte dans notre secteur professionnel.

De concert avec l’intersyndicale de l’éducation, SUD éducation 13 appelle à :

  • refuser collectivement de choisir les sujets pour la première et la deuxième session et à le signaler à l’administration.
  • refuser de surveiller les épreuves, en se mettant en grève.
  • refuser de remplacer un personnel gréviste et à se mettre en grève en cas de sollicitation par le chef d’établissement.
  • se participer aux piquets de grève organisés pour protester contre les E3C
  • à soutenir, y compris par la grève, les personnels mobilisés des lycées, en se joignant aux piquets de grève organisés devant leur lycée de secteur pour les collègues du premier degré et des collèges.

Le jour de la grève interprofessionnelle du 6 février nous appelons les personnels à se mettre massivement en grève et à participer aux piquets organisés par les équipes de leur lycée de secteur !

Sur la question des E3C comme sur celle des retraites, la victoire est à portée de main. C’est maintenant qu’il faut agir tous et toutes ensemble, pour le retrait de la réforme des retraites, l’annulation des épreuves E3C et leur transformation en un examen national, ponctuel et anonyme et le maintien du cadre national du Baccalauréat.